SCAPULAIRE.COM

Retour aux vestitaires 100 matchs historiques des Girondins

100 matchs historiques des Girondins


Bordeaux-Lyon: 1-1

17 septembre 2015

Le moins que l’on puisse dire est que M.Derrien n’a pas réussi un grand match ce jour-là…
De l’avis général, des pénaltys auraient dû être sifflés pour les Girondins. De l’avis général ? Non pas tout à fait.

Jean–Michel Aulas a le sens du contre-pied. Il maîtrise même cet art à la perfection. Alors qu’on l’imaginait soulagé d’avoir évité une défaite, d’avoir évité un penalty en début de match, le président de Lyon s’est lancé dans une attaque tous azimuts. Le monde à l’envers : « On ne s’attendait pas à ce genre de match de Bordeaux, qui a une image de gentleman, mais l’attitude de ses joueurs n’a pas été à la hauteur. Ils ont eu une agressivité peu commune. Il y a eu beaucoup de coups défendus après les actions et ça aurait mérité deux expulsions.»

Une salve suivie d’une mise en cause de l’arbitre : « L’arbitrage n’a pas été en faveur de Lyon, c’est le moins qu’on puisse dire. Il y a peut-être une main oubliée mais ce fut ensuite un arbitrage à sens unique. Tout allait dans le sens de Bordeaux. Enfin, on a l’habitude avec M. Derrien. » La suite aura des conséquences dramatiques pour M.Derrien puisqu’en plus d’un véritable lynchage médiatique, on ne lui permettra plus d’exercer son métier d’arbitre de première division. « Ce match n’a pas été le meilleur de ma carrière. Mais ce qui a retranscrit dans le rapport du match n’était pas du tout ce qui avait été dit par le contrôleur désigné ce soir-là. Le contrôleur chargé d’établir ma note pour ce match a été suspendue mais on a conservé cette note. Mon combat a été de faire annuler cette note car cela m’aurait permis de conserver ma place d’arbitre de première division. Ce Bordeaux-Lyon était l’occasion rêvée de se débarrasser de moi. Je gênais car je prenais la parole et j’exposais une conception de l’arbitrage qui n’était pas celle des instances. »

 

À lire également l'article de Vincent Romain dans Sud-Ouest sur ce sujet.



Même si, sur ce match, l'arbitrage ne fût pas, loin s'en faut, irréprochable, rien ne peut justifier le déchainement et les conséquences subies par la suite par M.Derrien.

D:   «De rien, Bruno.»