SCAPULAIRE.COM

Retour aux vestitaires Monsieur Marius

LES 65 ANS DE MARIUS


ALAIN ROCHE

20 novembre 2014

Mon premier souvenir de Marius remonte à la coupe du Monde 1978. C’est aussi mon premier souvenir de sport. J’étais un gamin, devant la télé, en couleur ( !), avec mon père, mon grand-père, supporters franchouillards à fond.
On ne voyait que lui derrière. Je me souviens des milliers de petits papiers blancs qui descendaient des tribunes, et puis de Marius. Et de l’injustice totale que j’avais ressentie ce jour-là, pour sa main involontaire dans la surface. C’était la première fois, je ne comprenais pas.
Ensuite, je suis arrivé aux Girondins, j’étais un gamin, en 1978. L’année suivante, les pros s’entraînaient à côté, à Roquevielle. Je n’en revenais pas de le voir en vrai, ce joueur que je voyais à la télé ! Il était tellement impressionnant, il donnait l’impression de tellement de puissance et aussi de sérénité… En plus, il était noir, il y avait peu de joueurs de couleur. Je le voyais avec de grands yeux. Mais non, je n’ai jamais osé lui parler, j’avais dix ans ! Il a arrêté peu d’années après. Si mon jeu était plus influencé par Battiston ou Specht, c’est lui, mon premier souvenir, celui qui a accentué mon amour pour le foot.