SCAPULAIRE.COM

Retour aux vestitaires Monsieur Marius

LES 65 ANS DE MARIUS


VINCENT DULUC

26 novembre 2014

Je me souviens de Marius Trésor dans mon album Panini. Il portait le maillot à rayures verticales rouge et blanche de l’AC Ajaccio, il n’était pas si facile à avoir, on l’échangeait en cours de récré contre Claude Le Roy et Michel Albaladejo.
Il est allé dans d’autres pages ensuite, a écrit de beaux chapitres, jamais aussi beaux qu’à Bordeaux, jamais aussi mémorables qu’en équipe de France. Drôle de paradoxe : Marius est un défenseur que les attaquants craignaient et qui est resté célèbre par ses buts.

Le 2-2 de Maracanã face au Brésil de 1977, la volée de Séville en 1982 : il continue de s’inviter dans le salon à chaque rétrospective, à chaque fois que l’on parle de France-Brésil, à chaque fois que l’on évoque les France-Allemagne. Il était puissant mais pas méchant.
Il aurait dû ? Peut-être, peut-être pas. C’était Marius, c’est tout et c’est beaucoup, avec ses chaussettes baissées et son sens du tacle juste. Parfois, dans ce métier, on dit qu’il ne vaut mieux pas rencontrer les héros de son enfance, que la confrontation avec le mythe est décevante. Il faut remercier Marius, son accueil chaleureux, sa bonne humeur, son humilité, de n’avoir jamais suscité ce genre de regrets. On ne regrette ni de l’avoir vu jouer, ni de l’avoir croisé.