SCAPULAIRE.COM

Retour aux vestitaires Monsieur Marius

LES 65 ANS DE MARIUS


CYRIL JOUISON

6 décembre 2014

L’existence nous donne par moment le privilège de réaliser ses rêves d’enfants. Depuis 2001, je tutoie La légende.
Pas la petite étoile ou le petit prince de la planète. Non ! La légende, la vraie, celle qui fait se lever, rêver et pleurer les foules.
Michael Jackson avant Michael Jackson. Notre King-de-la-Pop-à-nous est sacré. Marius Sacré. Ses rires fusent en lucarne comme lors d’un match légendaire dans le sud de l’Espagne. « Andalousie, je me souviens ». Cette corrida-là a forgé mon enfance.
Marius se levait alors, les bras largement déployés pour prendre son envol. Cette image nous a tous marqués. Tous. Les petits et les grands d’alors. Et même ceux d’après.

Mais moi, j’ai la chance d’avoir « Mon » autre Marius. Celui du « bureau du second ». Un bureau vitré hissé au dernier étage du Château. J’ai aussi eu l’aubaine d’être présent lorsque, entouré des salariés du Club, Marius a entonné son fameux « Je suis un enfant des iles, je suis né sous le soleil ».
J’étais là. Je devais me pincer. Je ne rêvais pas. Non, c’était la vraie vie. Celle de tous les jours.
Celle des « bonjour Cyrillou ».
Celle des blagues potaches. Celle des « comment dirai-je encore ? ».
Celle des commentaires aiguisés sur notre équipe fanion. Celle des larges sourires.
De ces jours qui font que Marius est vraiment notre Trésor. Alors oui ! Merci Marius ! Et, je frime un peu : « Bonsoir M’sieurs/dames, je tutoie la légende ! ».