SCAPULAIRE.COM

Retour aux vestitaires Monsieur Marius

LES 65 ANS DE MARIUS


RAPHAEL PERRY

10 décembre 2014

Marius, c'est avant tout un pionnier, l'exemple d'une intégration réussie.
A son époque, dont je n'ai connue que la fin, très peu de joueurs de couleur arrivaient à percer ou intégrer les grands clubs. Le voir en vidéo associé à Jean-Pierre Adams, dans cette fameuse garde noire, a dû être un sacré pied de nez au début des années 70 au lendemain de la décolonisation.

À son arrivée en Corse, le gars de Sainte-Anne a dû en essuyer des plâtres et sa première victoire aura surement été de forcer le respect et trouver sa voie, que ce soit à Ajaccio, à Marseille, à Bordeaux, ou en Bleu de France.
Marius, mon père m'en a souvent parlé, insistant sur ses qualités physiques hors du commun, son sens du devoir, du placement, son attitude toujours positive. Jamais de sa couleur de peau.
Depuis des années, j'ai le privilège de le côtoyer toutes les semaines au Haillan au bord du terrain d'entraînement de la réserve des Girondins, d'entendre sa passion, son amour pour les arbitres (sic!), de déguster ses souvenirs, avec souvent son acolyte Patrick Battiston en guest-star de la bonne formule.

Aujourd'hui, la jeune génération issue des banlieues qui découvre ce vieux soixantenaire, toujours souriant devant micros et caméras, tous les quatre ans en période de coupe du monde ou avant chaque France-Brésil, sait-elle vraiment tout ce qu'elle lui doit ?
Chantait-il la Marseillaise aussi bien que Sacré Marius?
Avait-il des états d'âme?
En fait, on s'en fout.
Marius, ça restera avant tout un Trésor pour le foot français.