#47 Bordeaux-PSG (11/01/2009)

Nuit magique
Jamais cette saison les Girondins ne s’étaient montrés aussi saignants, aussi dominateurs.
Diarra, maître de son pré carré devant sa défense.
Deux milieux de terrain, remontés comme des coucous. Wendel à gauche, à la vélocité retrouvée et Jussiê à droite, mais qui se tint souvent dans une position plus axiale.
Ajoutez à cela un énorme travail de pressing devant, de Chamakh et surtout Cavenaghi.

 À RETENIR
. Quelles étaient les conditions climatiques au moment de jouer ?
Bâché jeudi matin dans sa totalité et chauffé par quatre souffleries, le terrain a bien supporté le froid polaire qui a sévi jusqu’à samedi, avec des températures avoisinant – 8° dans la nuit de jeudi à vendredi. La bâche a été enlevée tôt hier matin, sans risque puisque ce week-end, il faisait autour de 8 degrés dans la journée en Gironde.
À 20 heures, soit une heure avant le coup d’envoi, il faisait 2° et le thermomètre devait descendre à 0°C.

. Depuis quand Jussiê n’avait-il pas été titulaire ?
Le Brésilien, sans cesse ennuyé par des pépins physiques, n’avait pas débuté une rencontre de L 1 depuis le 9 février 2008, contre Metz (3-0).
Blessé puis opéré des adducteurs en fin de saison, il n’a disputé dans cet exercice que huit bouts de rencontre pour une seule titularisation, en
Ligue des champions contre Rome fin septembre… où il s’est blessé au bout de trente-sept minutes (1-3).

. Diawara avait-il déjà marqué sous le maillot bordelais ?
Non et il l’attendait d’ailleurs impatiemment. En 187 matches de Championnat, l’international sénégalais a inscrit 7 buts,
le dernier remontant au Rennes-Sochaux du 9 avril 2006.

. Depuis quand Paris n’avait-il pas encaissé pareille giffle ?
Le PSG ne s’était jamais incliné cette saison par plus d’un but d’écart.
Il faut remonter à la 37e journée de la saison 2005-2006 pour retrouver un match de L 1 où les Parisiens avaient encaissé quatre buts (2-4 contre l’AC Ajaccio).
Mais ce 0-4 est la plus lourde défaite du PSG en Championnat depuis le 2 décembre 2000 et le 1-5 subi à Sedan qui avait entraîné le limogeage de Philippe Bergeroo, l’entraîneur de l’époque.
En février 2001, les Parisiens avaient également été sortis de la Coupe de France par Auxerre (0-4) au Parc des Princes.

psg
. Bordeaux peut aller au bout (René Girard) 

Sur ce que j’ai vu ces derniers temps, et pas seulement le match face au PSG, je pense que Bordeaux, en pleine progression, peut aller au bout cette saison et prendre le titre à Lyon.
Les hommes de Laurent Blanc, très complémentaires, jouent bien, sont efficaces et possèdent une belle force mentale.
Ce qui est intéressant, c’est que les Bordelais ont ajouté à la maitrise du ballon de la détermination et de l’impact physique.

. Je suis satisfait (Laurent Blanc)

« Je suis très satisfait de Bordeaux, de tous les joueurs, qui ont été performants dans tous les secteurs de jeu. On avait fait une équipe qui pouvait mettre à mal les Parisiens,
notamment au niveau de la taille, caron avait noté qu’ils en manquaient sur coups de pied arrêtés. Ça s’est vérifié. On ne s’est pas contentés de gérer le match, on a voulu marquer d’autres buts. Je note qu’il y avait ce soir quatre buteurs différents. C’est bien que les joueurs aient toujours gardé l’envie d’aller de l’avant, tout en conservant un équilibre défensif.
Si je suis heureux d’être à un point de Lyon, j’aimerais plutôt être devant !
Mais c’est vrai que gagner contre un concurrent direct et de cette manière, c’est intéressant. »

 

La feuille de match

2 Commentaires

  1. danielle967

    nuit magique ! saison magique !!

    Répondre
  2. gidebo

    mais que le réveil fut difficile

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *